Le Krill, le plus fort en anti-oxydant ET oméga-3 !

En Asie, en Russie et dans certains des pays de l’ex-URSS, les hommes consomment depuis longtemps le krill séché.

Au Japon, on le nomme okiami et il sert surtout comme ingrédient dans les soupes, les salades de fruits de mer et certaines entrées. Les Japonais considèrent le krill frais comme un aliment fin de haute gastronomie.

La vogue mondiale de l’huile de krill, plus récente, s’est surtout accentuée à partir de l’an 2000.

Cette année-là, des chercheurs de l’Université de Sherbrooke (au Québec) ont mis au point un procédé d’extraction permettant de préserver une plus grande proportion des acides gras essentiels, des phospholipides et de l’astaxanthine du krill… tous les trésors du krill !

C’est quoi, le Krill ?

En norvégien, krill veut dire « nourriture de baleine ». Les baleiniers ont en effet créé ce mot pour désigner les nuées de minuscules crustacés qui forment les bancs de zooplancton.

Le krill est donc un plancton des mers froides, appelé souvent à tort « petite crevette », même s’il y ressemble.Les zoologistes le classent dans la famille des euphausiacés : des petits crustacés vivant en groupes et dont se nourrissent les baleines.

Le Krill ou Euphausia superba est l’espèce-clé de l’écosystème Antarctique.

Ce petit crustacé rouge vit dans les eaux les plus pures du monde, sous la couche de glace des océans polaires. Il se nourrit directement de plancton et d’algues des glaces.

Il contient tous les nutriments nécessaires pour permettre aux autres animaux de vivre dans les conditions extrêmes du Pôle Sud. Tout au début de la chaîne alimentaire, le krill ne présente pas de problème de contamination. C’est pourquoi le Krill représente un formidable espoir pour l’alimentation humaine.

Le Krill, le plus fort en anti-oxydant ET oméga-3 !
Le Krill, le plus fort en anti-oxydant ET oméga-3 !

Ses valeurs nutritionnelles

Composé de 70% de protéines, 10% de gras (principalement monoinsaturés) et 14% de minéraux, le Krill contient également de nombreuses vitamines du groupe B de même que les vitamines A, E et D. Il est riche en fer, iode, cuivre, manganèse, chrome, sélénium et zinc.

Mais aussi et surtout, le Krill est probablement l’aliment le plus concentré en antioxydants (caroténoïdes, vitamines, enzymes) et Oméga 3.

Le Krill, le superaliment 2-en-1 !

Avec le Krill, vous faites le plein d’antioxydants et d’Oméga 3 ! De plus, grâce aux antioxydants, votre apport d’Oméga 3 est rendu plus puissant ! Voyons pourquoi…

Les avantages de l’huile de krill

Ses oméga-3 sont mieux absorbés et plus puissants.
La teneur en acides gras oméga-3 de l’huile de krill est généralement un peu plus faible que celle des huiles de poisson actuellement offertes dans le commerce.

Mais l’huile de krill renferme également environ 40% de phospholipides et des antioxydants dont l’activité anti-oxydante est beaucoup plus élevée que celle des huiles de poisson. Ces substances lui confèrent une efficacité accrue :

les antioxydants contribuent à préserver l’intégrité des fragiles acides gras oméga-3 de l’oxydation.
les phospholipidesassurent leur transport vers les sites où ils sont utiles, c’est-à-dire dans les membranes des cellules !
Les phospholipides et antioxydants présents dans l’huile du krill augmentent donc sa biodisponibilité et son efficacité !

Elle contient l’un des plus puissants antioxydants marins
L’antioxydant principal de l’huile de krill est l’astaxanthine, un composé de la famille des caroténoïdes.

C’est le pigment rose profond à pourpre qui donne leur couleur aux carapaces des crustacés, à la chair du saumon et des crevettes, et aux ailes des flamants roses. Son action pour lutter contre les radicaux libres peut être jusqu’à 50 fois plus efficace que la vitamine E ou le bêta-carotène !

L’astaxanthine est un puissant antioxydant qui pourrait notamment avoir un effet protecteur contre les effets nocifs des rayons ultraviolets et jouer un rôle dans le processus anti-inflammatoire.

Diverses études ont montré son action bénéfique sur l’équilibre émotionnel, le bien-être des articulations sensibles, le maintien du taux de cholestérol.

Equilibre émotionnel

Les oméga-3 sont déjà réputés pour leurs bienfaits sur l’équilibre émotionnel. C’est encore plus le cas pour le krill :les phospholipidesque renferme l’huile de krill permettraient aux oméga-3 qui la composent de traverser la barrière naturelle qui les empêche normalement de pénétrer jusque dans les neurones du système nerveux central.

Certains chercheurs pensent que l’huile de krill pourrait s’avérer utile pour le traitement de divers désordres psychiques :dépression, troubles bipolaires, autisme, par exemple.

Cholestérol

Une étude menée à Montréal a démontré que l’huile de krill était de 8 à 10 fois plus efficace que l’huile de poisson, pour abaisser le taux sanguin de cholestérol et augmenter le taux de bon cholestérol (HDL).

Au cours de la même étude, les chercheurs ont également découvert que l’huile de krill abaisse le taux de glucose sanguin de 6% contre seulement 3% pour l’huile de poisson. Bon pour les risques de diabète gras !

Troubles inflammatoires

En Ontario, un essai a été mené auprès de 90 patients souffrant de troubles cardiovasculaires, d’arthrite rhumatoïde ou d’arthrose, et présentant tous des signes cliniques d’inflammation chronique. Durant l’étude, les participants ont cessé de prendre les anti-inflammatoires qu’ils prenaient normalement.

Après un mois de traitement, les marqueurs inflammatoires avaient diminué d’environ 30 % chez les sujets du groupe ayant pris de l’huile de krill ; la douleur, la raideur et les incapacités physiques étaient nettement moindres.

Tout simplement les meilleurs actifs naturels nécessaires à la jeunesse, au confort et à la santé de votre cœur, vos artères, votre cerveau, votre peau, vos muscles, vos articulations… et toutes vos cellules.

Krill Protect associe au Krill les plus puissants antioxydants de la nature pour devenir l’Antioxydant Total qui révolutionne votre organisme !

SOD :principal antioxydant produit par notre organisme en première réaction défensive contre les radicaux libres.

OPC de Raisin :les antioxydants les plus puissamment protecteurs. Une action 20 fois plus grande que la vitamine C et 50 fois plus grande que la vitamine E !

Antioxydants vs radicaux libres

Des antioxydants, des radicaux libres ? C’est quoi, et ça sert à quoi ?

Dans les articles précédents, nous avons parlé des propriétés antioxydantes de certaines vitamines.
Avant de poursuivre l’alphabet vitaminique avec la vitamine E, qui est aussi un antioxydant remarquable, il m’a paru intéressant de parler de ce sujet, que certaines et certains ne connaissent peut-être pas trop.

Flavonoïdes, zinc, sélénium… vous avez certainement entendu parler de ces fameux antioxydants censés nous protéger contre les radicaux libres. Mais ça fonctionne comment, ces « bazars » ?

C’est avec l’identification des vitamines A, C et E qu’est apparue l’importance des antioxydants dans la biochimie des organismes vivants.
Les mécanismes des antioxydants ont été étudiés à partir du moment où l’on a compris qu’une substance antioxydante devait être elle-même facilement oxydable. Les recherches sur la vitamine E dans l’oxydation des graisses ont démontré son rôle dans l’élimination de molécules contenant un atome célibataire d’oxygène actif avant que ces molécules n’attaquent les cellules.
La majorité des êtres vivants ont besoin d’oxygène pour assurer leur existence alors que cet oxygène est une molécule hautement réactive qui produit des dégradations sur les organismes vivants, du fait de l’instabilité que lui confère cet « oxygène célibataire ».

Radicaux libres

Un radical libre est une entité chimique possédant un ou plusieurs électrons célibataires sur sa couche externe ; l’instabilité de ces entités chimiques augmente avec le nombre d’électrons célibataires.
Cependant, l’organisme produit lui-même les radicaux libres dont il a besoin :
Ils entrent dans les processus de production d’énergie par exemple.
Ils interviennent également dans les mécanismes immunitaires en permettant de lutter contre les bactéries ou les virus.
Mais sous certaines conditions, ils peuvent être produits en excès et se mettent à dégrader les parois des cellules, les protéines ou l’ADN.
Cependant, les organismes possèdent un système d’antioxydants et d’enzymes qui agissent ensemble pour empêcher ces dégradations, notamment sur des cellules comme l’ADN, les lipides et les protéines.

Antioxydants

Un antioxydant est un composé qui va pouvoir réagir avec un radical libre (oxydant) pour le neutraliser ; ce sont essentiellement des vitamines et des oligo-éléments ; ils vont réagir avec les radicaux libres pour les rendre inoffensifs.
Dans l’organisme, les antioxydants éliminent en permanence les radicaux libres en excès.

Les problèmes se posent lorsqu’un déséquilibre apparaît
Un déséquilibre peut être lié à un manque d’antioxydants dans l’alimentation. Mais il est également dû à des facteurs extérieurs, qui vont entraîner une augmentation de la quantité de radicaux libres. Citons notamment :
La cigarette ;
L’alcool ;
La pollution ;
L’exposition au soleil ;
L’exercice physique intense ;
Certains médicaments.
Les antioxydants présents dans les aliments protègent de l’oxydation les molécules organiques, par exemple les graisses ou l’ADN ; de plus, les antioxydants semblent jouer un rôle protecteur contre la cancérogenèse.
De nombreuses maladies (on parle de centaines) seraient liées à un déséquilibre entre antioxydants et radicaux libres. Mais les recherches sur le sujet sont nombreuses et parfois contradictoires.
Par contre, elles semblent fortement corréler des maladies, comme le cancer et les maladies cardiovasculaires, à un excès de radicaux libres.
La cataracte, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou les problèmes articulaires sont également souvent cités.

Antioxydants vs radicaux libres
Antioxydants vs radicaux libres

Les principaux antioxydants se trouvent dans un grand nombre d’aliments

Vitamine C : poivron, goyave, oseille, citron, orange, kiwi, choux, papaye, fraise, etc.
Vitamine E : je vous le dirai dans le prochain article.
Vitamine A : beurre, œuf, foie, etc.

Nos besoins quotidiens en antioxydants

Il n’y a pas de recommandation officielle en ce qui concerne spécifiquement les antioxydants.
Par contre, il existe une recommandation pour la principale source d’antioxydants que sont les fruits et légumes : de 7 à 10 portions par jour.
Au rayon fruits, les « petits » remportent la palme : bleuets, mûres, canneberges, framboises, fraises, pruneaux, etc.
Au rayon légumes, ce sont l’artichaut, l’asperge, le brocoli, le chou rouge, le poivron jaune et les pommes de terre.
Pour finir, les légumineuses, parmi lesquelles les 3 espèces de haricots : blancs, pinto et rognon.
Les antioxydants les plus connus sont :
le ß-carotène (provitamines A),
l’acide ascorbique (vitamine C),
le tocophérol (vitamine E),
les polyphénols et le lycopène qui incluent :
les flavonoïdes (très répandus dans les végétaux),
les tanins (dans le cacao, le café, le thé, le raisin, etc.),
les anthocyanes (notamment dans les fruits rouges),
et les acides phénoliques (dans les céréales, les fruits et les légumes).
Le sélénium et le zinc, qui ne sont pas des vitamines (à suivre)…