[Total : 58    Moyenne : 3.5/5]

La consommation d’oxygène, indispensable à la vie, entraine la formation de radicaux libres qui provoquent des dommages oxydatifs favorisant le vieillissement et la genèse de certaines maladies (maladies cardio vasculaires, cancers, pathologies cutanées, pathologies infectieuses…).

Les antioxydants sont des molécules qui ont la propriété de défendre l’organisme contre les radicaux libres.

Lors de la pratique intensive du sport et en particulier lors des efforts de longue durée, la consommation d’oxygène est majorée et par conséquence la production de radicaux libres est majorée. Pour ces raisons, le système de défense antioxydant se trouve dépassé et l’organisme est alors sujet à un stress oxydatif. Il peut alors y avoir altération des lipides présents dans les membranes cellulaires ou altération des protéines.

Le sportif à donc tout bénéfice à avoir un apport en molécules anti oxydantes suffisant en qualité et en quantité.

Différents nutriments antioxydants présents dans l’alimentation

Il s’agit principalement des vitamines E et C, des caroténoïdes (béta-carotène, lycopène…), de certains oligoéléments et des polyphénols (flavonoïdes et tanins entre autres).

– Les caroténoïdes sont le béta carotène présent principalement dans les légumes oranges (surtout les carottes mais aussi poivrons, abricots, oranges, mandarines, mangue, melon), les lycopènes présents dans les tomates, la zéaxathine et la lutéine présents surtout dans les légumes verts foncés (choux frisé, épinards, brocolis…).

– La vitamine E, ou tocophérol, est principalement présente dans les huiles d’origine végétale, les viandes et les produits laitiers.

– La vitamine C, ou acide ascorbique, sont présents dans les poivrons, ainsi que les radis, les kiwis, les fraises et les agrumes. Tous les fruits et légumes contiennent de la vitamine C. Il faut noter que c’est une vitamine très fragile, qui peut disparaître lors de la cuisson ou de la conservation de certains aliments : d’où l’intérêt de manger des fruits et légumes crus!

– Les oligoéléments : ce sont le zinc, le cuivre et sélénium. Le zinc est présent dans les huitres et les coquillages, la viande de cheval, de veau et de volaille, le pain complet, le jaune d’œuf. Le sélénium est présent dans les produits riches en protéines animales comme les viandes, les œufs, les poissons et le lait.

– Les polyphénols : les flavonoïdes qu’on retrouve dans les fruits, les légumes et certaines boissons (thé, vin et bière), les tanins sont retrouvés dans le vin, le jus de raisin, mais également dans le thé, le cacao et le café.

– Les autres composés d’origines variées : le coenzyme Q10 qu’on retrouve principalement dans les abats et à moindre concentration dans les céréales complètes, les noix et noisettes, les épinards, les huiles végétales, les algues, le sésame, le soja et les sardines.

Les antioxydants naturels puissants idéal pour les sportifs

Les antioxydants naturels puissants idéal pour les sportifs

Avec quels aliments assurer un régime riche en antioxydants ?

Une alimentation variées et équilibrée, riche en légumes et fruits doit permettre un apport suffisant en antioxydants à la grande majorité d’entre nous.

– Les légumes sont des sources importantes d’antioxydants. Il faut savoir que certains antioxydants sont inactivés lors de la cuisson (comme la vitamine C), et que d’autres sont potentialisés. Il faut donc savoir varier son alimentation, et manger de la tomate, du chou, des poivrons, des carottes, du maïs, des endives et des épinards, crus comme cuits, sans retenue.

– Les fruits, comme tous les aliments d’origine végétale, sont très riches en antioxydants. Les agrumes, les kiwis, les cerises, le melon sont particulièrement utiles. Mais aussi la canneberge, les myrtilles, mûres et framboises sont particulièrement intéressants, de par leur apport à la fois en vitamine C et en polyphénols.

– Les céréales apportent des oligoéléments, le coenzyme Q10.

– Les fruits secs (noix, noisettes, amandes) pour leur forte teneur en vitamines E et en oligoéléments.

– Les poissons apportent des omégas 3 et des oligoéléments.

– Certaines boissons peuvent être intéressantes : le thé (vert de préférence), le vin (consommé avec modération), le jus de raisin pour leur richesse en tanins, et jus de mangoustans préparés à partir de la purée du fruit entier (avec son péricarpe).

En pratique:

Il est fortement recommandé aux sportifs de consommer des antioxydants en quantité suffisante et ce, tous les jours. Cela est possible en ayant une alimentation quotidienne variée, riche principalement en fruits et en légumes (n’hésitez pas à manger plusieurs fruits et légumes différents tous les jours). Un apport suffisant et varié en produits d’origine animale et végétale est indispensable. Les produits céréaliers et fruits sec doivent être consommés régulièrement. Les lipides ne doivent pas être oubliés ou éliminés ; les lipides sont indispensables.

Faut-il prendre des suppléments en antioxydant ?

La réponse est « OUI ».

Les antioxydants nécessaires ne sont plus apportés en qualité suffisantes par une alimentation variée, équilibrée d’où la nécessité d’une supplémentation.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Second champignon le plus cultivé au monde, le shiitaké s’est taillé depuis vingt ans une réputation internationale. Et pour cause : des chercheurs ont constaté qu’il renforce nos défenses naturelles!

Le shiitaké prévient le vieillissement

Le shiitaké est un champignon qui pousse sur un chêne asiatique appelé « shii ». Consommé depuis des millénaires en Asie, il est apprécié pour sa texture douce, son goût boisé et ses vertus nutritives. Mais il est considéré surtout comme un remède de longévité. C’est dans les années 80 que les scientifiques japonais ont commencé à s’y intéresser : ils le soupçonnaient d’avoir une action anticancéreuse. Ce qui s’est confirmé. «?Aujourd’hui, il est largement utilisé dans le monde entier en complément des chimiothérapies?», affirme Franck Dubus, docteur en pharmacie, formateur en plantes médicinales Son action immunostimulante, qu’il doit à ses polysaccharides (sucres complexes), en fait aussi un antiviral intéressant. Et il pourrait se révéler utile dans le traitement de maladies de l’immunité comme le sida.

Le shiitaké est un bon antioxydant, une propriété qui serait due à la présence de ses composés phénoliques (ou polyphénols). «?Ces molécules protègent les cellules en “piégant” les radicaux libres, explique Franck Dubus. Leur consommation régulière, avec celle d’autres anti­oxydants, fait la différence sur le long terme. Elle ­limite le développement des maladies cardio-vasculaires et aide à prévenir le vieillissement.»

shiitaké antioxydant naturel puissant

shiitaké antioxydant naturel puissant

Le shiitaké lutte contre les virus…

L’une des propriétés phares du shiitaké est de stimuler le système immunitaire. Ses polysaccharides augmentent en effet la production des globules blancs, qui aident l’organisme à lutter contre les virus. «?Ainsi, ces derniers sont repérés plus vite et les cellules capables de les combattre sont plus nombreuses », souligne notre expert. Le shiitaké est donc souvent prescrit pour prévenir la grippe, le rhume… Il est aussi intéressant en bain de bouche en cas de gingivite ou d’aphte.

… et fait baisser le cholestérol

«Le shiitaké est une bonne source de fibres alimentaires contribuant à faire baisser le taux de lipides dans le sang», constate Franck Dubus. Mais ce n’est pas tout : il contient également un composé, appelé éritadénine, au pouvoir hypocholestérolémiant (il diminue le taux de cholestérol sanguin). Une action là encore confirmée par des études scientifiques.

Le shiitaké combat le cancer et le sida

Depuis une quinzaine d’années, le shiitaké est associé aux chimiothérapies. Car l’un de ses polysaccharides (le lentinane) renforcerait l’action des cellules « ­tueuses » contre les tumeurs, ont montré plusieurs études. Il est utilisé par certaines équipes médicales en injections intraveineuses et à fortes doses dans les cancers du pancréas, du foie et de l’intestin. Des essais portant sur d’autres types de cancer sont en cours.

Ce champignon a une action très ciblée sur le système immunitaire. Son usage se justifie donc dans les maladies s’accompagnant d’une déficience de l’immunité, comme le sida. «Des études menées par le Dr ­Chevalier au CHU de Rennes ont montré que le shiitaké améliorait l’état général des patients, précise notre expert.Il prévient aussi la survenue de maladies opportunistes (infections survenant lors d’un déficit immunitaire).»


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

La boisson est parée de toutes les qualités: faire maigrir, protéger contre les maladies cardiovasculaires et le cancer, stimuler l’intellect, ou encore empêcher de vieillir. C’est vrai ou c’est du bidon?

Le Dr Dimitrios Samaras, chef de clinique à l’Unité nutrition des Hôpitaux universitaires de Genève, interrogé sur les vertus réelles ou supposées du thé vert, concentré notoire d’antioxydants, a l’air plein d’enthousiasme… Mais ce breuvage est-il à la hauteur de ce qu’en attendent ses amateurs ?

Boire du thé vert, c’est vraiment bon pour la santé?
Dimitrios Samaras: Oui, ce n’est pas une légende. Le thé vert contient en effet des substances antioxydantes, qu’on appelle catéchines, et particulièrement une qui s’appelle Epigallocatéchine gallate (EGCG). L’EGCG a une activité antioxydante 25 à 100 fois plus importante que celle des vitamines C et E. Des études animales et des études plus limitées sur l’homme ont démontré un effet antioxydant significatif du thé vert. Cet effet semble concerner particulièrement le mauvais cholestérol, qui une fois oxydé, semble être davantage athérogène.

Les vraies vertus du thé vert antioxydant naturel

Les vraies vertus du thé vert antioxydant naturel

Le thé vert peut donc diminuer l’oxydation du mauvais cholestérol et même avoir un léger effet hypocholestérolémiant. En outre, des études sont actuellement en train de clarifier l’effet antioxydant du thé vert pas seulement sur le système cardiovasculaire, mais également en lien avec les maladies neurodégénératives et le cancer, comme par exemple, l’effet préventif sur le cancer de la prostate et un possible effet protecteur contre le développement de métastases dans le cas de plusieurs cancers.

Le thé vert est-il vraiment différent du thé noir?
D.S.: Oui. Comme le thé noir subit une fermentation, les catéchines sont oxydées et polymérisées au cours de cette fermentation, ce qui les rend moins antioxydantes et moins disponibles pour les tissus. Pour cette raison, l’effet antioxydant du thé vert est supérieur à celui du thé noir.

Quelle est la différence fondamentale nutritionnelle entre le thé (vert/noir) et le café?
D.S.: A part le fait que tous les deux viennent des plantes et qu’ils contiennent des substances psychoactives qui s’appellent méthylxanthines (la caféine dans le café et théine dans le thé), ces deux infusions n’ont pas d’autres similarités. Ceci dit, l’effet antioxydant du thé est beaucoup plus marqué que celui du café.

N’est-il pas exagéré de dire que le thé vert prévient le cancer et les maladies cardiovasculaires?
D.S.: Il serait simpliste de dire que seuls une chose ou un type de comportement peuvent prévenir le risque de cancers ou de maladies cardiovasculaires. Le développement de ces maladies est tellement complexe et les paramètres influençant leur survenue sont tellement nombreux qu’il est plus adéquat d’agir sur une combinaison de facteurs modifiables. La prise de thé vert est un de ces facteurs qui doit par contre être associé à tout un «lifestyle» promoteur de santé afin d’avoir du sens. Prendre du thé vert et fumer un paquet de cigarettes par jour n’est par exemple pas adéquat, car le deuxième facteur va annihiler tout gain à tirer du premier.

Quel rôle a vraiment l’antioxydant qu’il contient par rapport aux radicaux libres?
D.S.: Les catéchines, et surtout l’ECGC qui constitue 50%-75% des catéchines du thé vert, préviennent la formation des radicaux libres et peuvent contribuer, en association avec les mécanismes endogènes de défense contre les radicaux libres, à réguler le stress oxydatif dû à des agressions externes (rayons UV, tabac, etc.) ou internes (cancers, diabète, etc.).