[Total : 2    Moyenne : 5/5]

– Une alimentation riche en antioxydants pourrait protéger du syndrome métabolique.
– Et faire maigrir de la taille.

L’impact total des antioxydants alimentaires sur notre santé est encore mal connu. Des chercheurs Iraniens ont donc suivi près de 2000 adultes âgés de 19 à 70 ans (40 ans en moyenne) pendant 3 ans dans le but de déterminer le lien entre l’apport alimentaire d’antioxydants et le risque de développer des maladies métaboliques (hypertension, surpoids).

Tout au long de l’étude les participants ont donc rempli des questionnaires alimentaires et leur état de santé a été précisément noté, en particulier en ce qui concerne les critères du syndrome métabolique (résistance à l’insuline, taux de cholestérol élevé, hypertension artérielle, obésité abdominale). L’apport alimentaire en antioxydants a été estimé à l’aide d’une mesure appelée “capacité antioxydante totale” (TAC), estimée comme la plus fiable actuellement.

Les antioxydants contenus dans la fraise bio pourraient faire maigrir de la taille

Les antioxydants contenus dans la fraise bio pourraient faire maigrir de la taille

Résultat : dès le début de l’étude ceux qui ont un apport TAC élevé ont moins de graisses abdominales et moins de syndrome métabolique. Ce groupe est également celui qui a gagné le moins de graisses au niveau abdominal pendant les 3 années suivantes. Plus surprenant, les personnes qui ont augmenté leur valeur de TAC au cours de ces trois années ont diminué leur risque d’obésité abdominale de 38%. Ces résultats obtenus par les chercheurs ne varient pas en tenant compte de facteurs potentiellement perturbateurs tels que l’apport calorique total, l’apport en fibres, le tabagisme, l’activité physique, l’IMC ou les différences de proportions entre les apports en protéines, glucides et lipides dans l’alimentation.

Des résultats qui suggèrent fortement que les antioxydants de l’alimentation seraient bons pour la ligne et la santé et qui confortent des recherches précédentes qui étaient parvenues à la même conclusion (2).

Parmi les aliments ayant la valeur TAC la plus élevée on trouve les haricots rouges bio, les artichauts bio, les myrtilles bio, les fraises bio ou les framboises bio.


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Un bénéfice inattendu des fraises, mis en lumière par ces scientifiques de la Warwick Medical School, l’activation d’une protéine dans notre corps appelée Nrf2 qui va entraîner un effet antioxydant et protecteur contre les maladies cardiovasculaires.

Cette étude doit être présentée à la 16th reunion de la Society for Free Radical Research International (SFRRI) à l’Imperial College London.

Le professeur Paul Thornalley de la Warwick a découvert que cette protéine, activée par les fraises, contribue à réduire les lipides sanguins et le niveau cholestérol, deux facteurs majeurs de problèmes cardio-vasculaires. Les fraises ont déjà montré leur effet contre la glycémie post-prandiale et les lipoprotéines de basse densité ou le «mauvais» cholestérol, et leur effet réducteur sur le risque de diabète et de maladies du cœur. Mais ici, les chercheurs montrent que des extraits de fraises stimulent activement les protéines protectrices, augmentent nos défenses cellulaires, contribuent à la santé de nos organes et de nos vaisseaux.

Les fraises, un booster antioxydant pour réduire son cholestérol

Les fraises, un booster antioxydant pour réduire son cholestérol

Les chercheurs n’en n’ont pas fini, ils travaillent aujourd’hui à l’identification des meilleures variétés de fraises, comment elles doivent être servies ou traitées et combien nous devons en consommer pour bénéficier de cet effet protecteur cardiovasculaire.

Plusieurs études ont déjà suggéré les bénéfices des fruits rouges et en particulier leur effet protecteur sur la mémoire, grâce à des niveaux élevés d’antioxydants, protecteur contre les dommages causés par les radicaux libres nocifs. Encore un bénéfice accessible par des modifications relativement simples du régime alimentaire.


[Total : 2    Moyenne : 4.5/5]

Notre alimentation est en mesure de nous fournir ces fameux antioxydants capables de lutter contre les substances toxiques qui accélèrent le vieillissement des cellules de notre organisme.

Ces antioxydants qui luttent contre la formation des néfastes radicaux libres sont de précieux alliés pour préserver notre cœur et nos vaisseaux sanguins et pour booster nos défenses immunitaires.

Mais où se trouvent ces antioxydants alimentaires ?
Principalement dans les végétaux. En effet, les fruits et les légumes sont les aliments les plus riches en antioxydants. Ils contiennent des CARATENOIDES ou pigments de couleur jaune orangé à rouge qui nous protègent contre le cancer, la dégénérescence maculaire liée à l’âge et le vieillissement cutané. C’est pourquoi les légumes riches en bêta carotène comme les carottes, les poivrons et les tomates sont performants dans la lutte contre les radicaux libres. Avec une mention spéciale pour la tomate, qui possède un puissant antioxydant appelé Lycopène, connu pour son rôle protecteur face au cancer de la prostate.
Autre composé antioxydant présent dans les végétaux : la précieuse VITAMINE E qui a pour rôle de protéger la membrane des cellules de l’organisme. Les légumes à feuilles vertes en sont pourvus : salades, épinards, blettes etc… Tout comme les huiles végétales, les noix et les céréales complètes.

 

Les aliments antioxydants naturels puissants pour tous et à tout âge

Les aliments antioxydants naturels puissants pour tous et à tout âge

La VITAMINE C, quant à elle, est l’antioxydant le plus connu et le plus efficace. Elle est présente dans tous les fruits, notamment les agrumes : citron, pamplemousse, orange mais aussi dans les petits fruits rouges comme les myrtilles, les framboises et les mûres. Le professeur Luc Montagnier a même soigné le pape Jean Paul II, atteint de la maladie de Parkinson, avec de l’extrait de papaye fermentée. Ce fruit tropical s’avère être un des plus riches en vitamine C et ses propriétés antioxydantes semblent décuplées par la fermentation du fruit.
La vitamine C se trouve encore dans tous les légumes, même cuits. L’oignon, l’ail, la ciboulette, l’échalote, le poireau consommés crus avec de l’huile d’olive sont de véritables médicaments naturels à cause de leur richesse en antioxydants. D’ailleurs leurs vertus thérapeutiques sont connues depuis l’antiquité. Comme pour la vitamine E, les bienfaits de la vitamine C sont supérieurs quand on la consomme à l’état naturel et non en gélules ou en comprimés. En effet, un jus de citron, une orange, un kiwi apporte 400mg de vitamine C soit l’équivalent d’une pastille à sucer.
Autres molécules antioxydantes : les POLYPHENOLS. Ils contribuent à la prévention des maladies cardiovasculaires et sont présents dans de nombreux fruits et légumes, dans les épices comme la cannelle et l’origan et dans les plantes aromatiques comme le thym ou le romarin, mais aussi dans les légumes secs. Ainsi, les haricots rouges se placent en tête des aliments riches en polyphénols avec la pomme de terre et l’artichaut cuit.

Et en ce qui concerne nos boissons quotidiennes, elles sont, elles aussi, riches en polyphénols. En effet, le vin rouge, la bière, le café, le thé et le cacao en contiennent. Les polyphénols du thé vert sont particulièrement remarquables, car ils maintiennent la souplesse des vaisseaux sanguins et le thé peut être consommé sans modération, ce qui n’est pas le cas du vin, de la bière, du café et du chocolat.
Enfin, des OLIGO-ÉLÉMENTS antioxydants comme le zinc ou le sélénium sont apportés par les fruits de mer ou la viande.
On le voit, la liste des aliments antioxydants est interminable. Quel plaisir de savoir que plus on mélangera les couleurs et les saveurs dans notre assiette, plus on préservera notre santé ! N’hésitons donc pas à composer des salades en mélangeant crudités diverses, céréales complètes et volaille, le tout assaisonné à l’huile végétale ou à cuire, mais aussi des soupes colorées à base de carotte, de tomate, de poivron, de potiron ou tout autre légume. Cela nous donnera la joie de varier à l’infini nos repas suivant notre inspiration et de nous maintenir en super forme.


[Total : 3    Moyenne : 4.3/5]

1-Qu’est-ce qu’un antioxydant ?

C’est une substance qui empêche ou atténue l’oxydation de molécules qui composent notre corps. Les antioxydants vont alors bloquer la réaction d’oxydation des radicaux libres, des molécules essentiellement composées d’oxygène et issues du fonctionnement de notre organisme.

2-Quel est leur action ?

Les antioxydants agissent en se liant avec les radicaux libres. Ainsi ils empêchent les radicaux libres de s’accrocher aux cellules de notre organisme, de les dénaturer et de provoquer un vieillissement prématuré de notre corps.

Les antioxydants naturels puissants pour protéger vos cellules

Les antioxydants naturels puissants pour protéger vos cellules

3-Pourquoi lutter contre l’oxydation des cellules?

L’oxydation par les radicaux libres endommage les cellules comme l’ADN, les protéines ou les lipides qui constituent notre organisme. Le fait de ne pas parvenir à neutraliser cette réaction d’oxydation pourrait contribuer à la manifestation de maladies liées au vieillissement : maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson), les maladies de l’œil (cataracte, DMLA), le vieillissement de la peau (rides, sécheresse), les maladies cardio-vasculaires (infarctus, hypertension)… Les antioxydants permettraient également de diminuer les risques de cancers ou de freiner leur propagation.

4-Quels sont les facteurs aggravant l’oxydation des cellules?

On parle souvent de stress oxydatif. C’est-à-dire que le corps doit faire face à une multiplication des radicaux libres. Ce stress est dû à des paramètres aggravants auxquels le corps est soumis : le tabac, la pollution, le stress ou les chocs émotionnels, une mauvaise alimentation, le soleil, l’abus d’alcool, les activités sportives intensives (marathon, sport de haut niveau…), les maladies (allergies, inflammations, infections…).

5-Où trouver les antioxydants naturels?

Les oxydants naturels se trouvent dans les aliments que l’on absorbe et plus particulièrement les fruits, les légumes, frais ou secs, les huiles végétales de 1ère pression à froid, les céréales ou les farines complètes, les graines, les graines germées, les poissons ou les algues. Le pouvoir oxydant d’un aliment est mesuré en ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity). Les aliments les plus riches en antioxydants sont les fruits rouges, canneberge en tête. Parmi les légumes, le chou, l’ail ; l’avocat ou l’asperge possèdent des quantités assez importantes d’antioxydants.

La cuisson peut influencer sur la richesse en antioxydant. Ainsi la vitamine C ne résiste pas à la chaleur et son action sera nulle si l’aliment est cuit. En revanche la cuisson améliore la disponibilité en lycopène, un antioxydant présent dans la tomate.

6-Quelles sont les molécules antioxydantes?

Il existe de nombreux groupes d’antioxydants naturels:
les acides aminés, fabriqués par notre organisme,
les enzymes également synthétisées par notre corps,
les protéinesnotamment celles du soja ou issues de la mer (poissons, crustacés, algues),
Les oligo-éléments : sélénium (œuf, viande, poisson, fruits de mer, champignons…), cuivre (foie, légumes secs, céréales complètes, fruits et légumes), zinc (viande, huîtres, œufs, soja, poissons gras, germe de blé ou légumes secs),
Les polyphénols : les tanins présents dans le cacao, le thé, le café…, les anthyocanes que l’on retrouve dans la cerise, la myrtille, le raisin rouge et les fruits rouges en général, les flavonoïdes contenus dans le vin rouge, le thé noir ou vert , le chocolat ou le miel…, le resvératrol qui entre dans la composition du raisin, des mûres, la canneberge, la rhubarbe, la grenade ou le chocolat.

Les vitamines : la vitamine A contenue dans les carottes, certains fines herbes, les navets, l’abricot ou encore l’œuf, la vitamine C (acide ascorbique) présente dans les agrumes ou le chou, la vitamine E (tocophérol) que l’on retrouve dans les huiles végétales de colza, pépin de raisin, germe de blé… et dans les céréales complètes, les noix, les amandes, les noisettes…,
Les caroténoïdes : béta-carotène (carotte, abricot, melon, certaines herbes aromatiques), lycopène (tomate, pastèque, papaye, goyave…), lutéine (choux et épinards)
Les terpénoïdes : ce sont des lipides que l’on retrouve dans le gingembre, la cannelle ou le clou de girofle,
La chlorophylle, le glutathion, le coenzyme Q10… la liste n’est pas exhaustive.

En conclusion, pour profiter au maximum des bienfaits des antioxydants, mieux vaut manger léger, riche en fruits et légumes, varié et de saison en évitant un maximum les produits industriels ou raffinés.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La pilule contraceptive hormonale est le moyen de contraception le plus utilisé en France. Même si ce traitement est un des plus efficaces dans la prévention des grossesses non désirées il a tout de même des effets indésirables.

Les hormones qui la composent peuvent avoir par exemple un impact sur l’humeur, la libido ou la fonction cardiovasculaire c’est pourquoi elle est déconseillée aux femmes qui fument.

Des chercheurs de l’université de Shiraz en Iran ont recruté 120 jeunes femmes en bonne santé qu’ils ont réparties aléatoirement en trois groupes. Le premier a reçu un contraceptif hormonal microdosé (MINIDRIL ou son générique), le deuxième a reçu le même contraceptif avec une supplémentation en vitamines C et E et le troisième groupe n’a reçu aucun traitement et a servi de groupe de contrôle.

Au bout de 4 semaines les chercheurs ont mesuré les niveaux de MDA, un marqueur du stress oxydatif et ont constaté que l’utilisation de la pilule contraceptive augmentait la production de radicaux libres en affaiblissant nos défenses antioxydantes naturelles et notamment en diminuant la production de glutathion. Pour les chercheurs ce stress oxydatif pourrait augmenter le risque de problèmes cardiovasculaires et leur étude montre qu’une supplémentation en vitamine C et E permet de rétablir nos défenses antioxydantes naturelles.

Rappelons que la pilule contraceptive n’est pas bien supportée par toutes les femmes et qu’ils existent d’autres moyens de contraception, parlez-en à votre gynécologue.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les recherches effectuées par Iams font avancer les connaissances sur les nutriments antioxydants chez le chat et le chien. Le bienfait qu’ils procurent est l’amélioration des fonctions immunitaires.

Les antioxydants sont importants et sont présents de façon naturelle; ils favorisent le maintien de la santé en ralentissant le processus de vieillissement, lequel détruit les molécules cellulaires.
Chez le chien, les antioxydants peuvent également jouer un rôle important dans l’amélioration de la réponse immunitaire et dans la reconnaissance des agents pathogènes ayant fait l’objet de vaccins. Ils sont particulièrement essentiels chez les jeunes animaux qui reçoivent des vaccins alors que leur système immunitaire n’est pas complètement développé.
Chez les chiens et les chats âgés, les antioxydants peuvent également renverser la perte fonctionnelle des cellules immunitaires. Un mélange de plusieurs antioxydants en quantités modérées peut être plus efficace que la teneur élevée d’un seul antioxydant.

Antioxydants

Les antioxydants sont des nutriments présents de façon naturelle dans le corps et dans les plantes comme les fruits et les légumes. Parmi les antioxydants courants, on compte la vitamine A, la vitamine C, la vitamine E et quelques composés appelés caroténoïdes (comme la lutéine et le bêtacarotène).

Les fruits et légumes riches en antioxydants naturels puissants

Les fruits et légumes riches en antioxydants naturels puissants

Comment fonctionnent les antioxydants

Lorsque les cellules fonctionnent normalement dans le corps, elles produisent des molécules endommagées appelées radicaux libres. Ces radicaux libres sont très instables et ils volent des composés aux autres molécules cellulaires, comme le gras, les protéines ou l’ADN, ce qui cause encore plus de dommages.

Ces dommages entraînent une série de réactions et endommagent rapidement des cellules entières, ce qui provoque leur mort. Ce processus s’appelle la peroxydation. La peroxydation est utile, car elle aide le corps à détruire les cellules qui ont dépassé leur durée de vie utile et elle détruit les bactéries, ainsi que les parasites. Toutefois, elle détruit ou endommage des cellules saines lorsqu’elle n’est pas surveillée.

Les antioxydants aident à prévenir la destruction des cellules dans tout le corps en fournissant les composants qui stabilisent les radicaux libres. Fait encore plus important, les antioxydants reviennent à la surface d’une cellule pour en stabiliser les autres composants cellulaires au lieu de les endommager.

Lorsqu’il n’y a pas assez d’antioxydants pour arrêter le processus de peroxydation, les radicaux libres commencent à endommager les cellules saines, ce qui peut provoquer des problèmes. Par exemple, les radicaux libres peuvent endommager les cellules immunitaires et entraîner un risque accru d’infections.

Les antioxydants et la réponse immunitaire

Puisque les antioxydants jouent un rôle clé réduit les dommages que subissent les cellules comme celles du système immunitaire, de récentes études ont été effectuées sur les bienfaits de certains antioxydants sur le système immunitaire des chiens. Les résultats de ces études montrent que les antioxydants sont importants et qu’ils aident au maintien d’un système immunitaire sain chez les chiens.

Les recherches ont également démontré que chaque antioxydant aide le système immunitaire de façon unique; ainsi, une teneur élevée d’un même antioxydant n’est pas aussi efficace qu’un groupe de plusieurs antioxydants.

Les antioxydants et le vieillissement

Des études récentes ont également porté sur l’effet du vieillissement sur la réponse immunitaire. Les résultats indiquent qu’à mesure qu’un chien vieillit, la réponse immunitaire de ses cellules diminue. Le fait d’inclure des antioxydants dans sa nourriture peut ralentir la diminution de la fonction des cellules immunitaires, tel qu’indiqué ci-dessous en ce qui concerne la vitamine E chez les chats.
Toutefois, l’augmentation de la réponse immunitaire cellulaire n’est pas toujours proportionnelle à la quantité de vitamine E. Même si une diète contenant 250 UI de vitamine E par kilogramme a amélioré la réponse immunitaire chez les chats âgés, le fait d’ajouter 500 UI/kg n’entraîne pas le même effet bénéfique.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Second champignon le plus cultivé au monde, le shiitaké s’est taillé depuis vingt ans une réputation internationale. Et pour cause : des chercheurs ont constaté qu’il renforce nos défenses naturelles!

Le shiitaké prévient le vieillissement

Le shiitaké est un champignon qui pousse sur un chêne asiatique appelé « shii ». Consommé depuis des millénaires en Asie, il est apprécié pour sa texture douce, son goût boisé et ses vertus nutritives. Mais il est considéré surtout comme un remède de longévité. C’est dans les années 80 que les scientifiques japonais ont commencé à s’y intéresser : ils le soupçonnaient d’avoir une action anticancéreuse. Ce qui s’est confirmé. «?Aujourd’hui, il est largement utilisé dans le monde entier en complément des chimiothérapies?», affirme Franck Dubus, docteur en pharmacie, formateur en plantes médicinales Son action immunostimulante, qu’il doit à ses polysaccharides (sucres complexes), en fait aussi un antiviral intéressant. Et il pourrait se révéler utile dans le traitement de maladies de l’immunité comme le sida.

Le shiitaké est un bon antioxydant, une propriété qui serait due à la présence de ses composés phénoliques (ou polyphénols). «?Ces molécules protègent les cellules en “piégant” les radicaux libres, explique Franck Dubus. Leur consommation régulière, avec celle d’autres anti­oxydants, fait la différence sur le long terme. Elle ­limite le développement des maladies cardio-vasculaires et aide à prévenir le vieillissement.»

shiitaké antioxydant naturel puissant

shiitaké antioxydant naturel puissant

Le shiitaké lutte contre les virus…

L’une des propriétés phares du shiitaké est de stimuler le système immunitaire. Ses polysaccharides augmentent en effet la production des globules blancs, qui aident l’organisme à lutter contre les virus. «?Ainsi, ces derniers sont repérés plus vite et les cellules capables de les combattre sont plus nombreuses », souligne notre expert. Le shiitaké est donc souvent prescrit pour prévenir la grippe, le rhume… Il est aussi intéressant en bain de bouche en cas de gingivite ou d’aphte.

… et fait baisser le cholestérol

«Le shiitaké est une bonne source de fibres alimentaires contribuant à faire baisser le taux de lipides dans le sang», constate Franck Dubus. Mais ce n’est pas tout : il contient également un composé, appelé éritadénine, au pouvoir hypocholestérolémiant (il diminue le taux de cholestérol sanguin). Une action là encore confirmée par des études scientifiques.

Le shiitaké combat le cancer et le sida

Depuis une quinzaine d’années, le shiitaké est associé aux chimiothérapies. Car l’un de ses polysaccharides (le lentinane) renforcerait l’action des cellules « ­tueuses » contre les tumeurs, ont montré plusieurs études. Il est utilisé par certaines équipes médicales en injections intraveineuses et à fortes doses dans les cancers du pancréas, du foie et de l’intestin. Des essais portant sur d’autres types de cancer sont en cours.

Ce champignon a une action très ciblée sur le système immunitaire. Son usage se justifie donc dans les maladies s’accompagnant d’une déficience de l’immunité, comme le sida. «Des études menées par le Dr ­Chevalier au CHU de Rennes ont montré que le shiitaké améliorait l’état général des patients, précise notre expert.Il prévient aussi la survenue de maladies opportunistes (infections survenant lors d’un déficit immunitaire).»


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les antioxydants sont des molécules qui luttent contre l’oxydation des cellules provoquée par les radicaux libres. En combattant ces derniers, les antioxydants préservent notre capital-jeunesse.

Les radicaux libres sont des atomes qui ont un électron en plus dit « libre » et qui engendre des réactions chimiques que l’on retrouve dans le processus d’oxydation cellulaire.

Les radicaux libres présents dans l’oxygène, détériorent les cellules de notre corps et accélèrent donc leur vieillissement. En effet, cette oxydation dénature nos protéines, nos lipides, nos sucres et même notre ADN, et par là nos membranes cellulaires et nos cellules.

Ce dioxygène dont nous avons besoin pour vivre, dégrade nos cellules, ce qui semble être un paradoxe. Cependant, notre organisme produit naturellement des antioxydants et enzymes pour empêcher l’endommagement des composants des cellules.

Les antioxydants naturels indispensebles pour combattre les radicaux libres

Les antioxydants naturels indispensebles pour combattre les radicaux libres

Parfois, la production de radicaux libres causée par la pollution, le stress, l’alcool, certaines drogues ou le tabagisme…etc., s’exacerbe et les systèmes naturels de défense ou de réparation sont débordés. Ce stress oxydatif a d’ailleurs été mis en cause dans la pathogénèse de nombreuses maladies. Comme notre organisme ne peut produire suffisamment d’antioxydants pour faire face, nous devons alors les puiser dans l’alimentation notamment dans les fruits et légumes.

La consommation d’antioxydants est donc beaucoup étudiée pour traiter notamment les accidents vasculaires cérébraux, cancers ou maladies neurodégénératives.

Ou trouve-t-on des antioxydants ?

Les meilleurs antioxydants sont la bêta-carotène (provitamines A), l’acide ascorbique (vitamine C), le tocophérol (vitamine E), les polyphénols et le lycopène. Ceux-ci incluent les flavonoïdes (très répandus dans les végétaux), les tanins (dans le cacao, le café, le thé, le raisin, etc.), les anthocyanes (notamment dans les fruits rouges) et les acides phénoliques (dans les céréales, les fruits et les légumes).

Les fruits et légumes très colorés sont riches en antioxydants dont la canneberge qui en est la plus pourvue. On citera ensuite les fruits foncés ou rouges (grenades ou raisins noirs), les abricots, les melons ou l’argousier, la baie de goji et l’açaï.

Parmi les légumes ayant la plus forte concentration d’antioxydants, nous avons l’avocat, l’artichaut, le cresson, l’ail, le chou vert, l’épinard, l’asperge, le chou de Bruxelles, le germe de luzerne, le brocoli, la betterave et le poivron rouge.

On attribue le caractère antioxydant de ces aliments à leur riche teneur en vitamine C, caroténoïdes (dont les lycopènes), flavonoïdes, composés phénoliques, terpénoïdes et resvératrol.

Si les antioxydants peuvent aider notre organisme à lutter contre son vieillissement prématuré ou prévenir des maladies, il est bon de prendre dés à présent des mesures préventives en commençant par une bonne hygiène de vie.

N’oubliez pas le pépin de pamplemousse aux vertus antioxydantes naturelles !

Appelé aussi antibiotique naturel, cet antioxydant et antiviral naturel est à la fois doux et puissant. Grâce à sa richesse en bioflavonoides et vitamine C, l’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) est la solution à beaucoup de petits désagréments.

Ces deux antioxydants puissants possèdent entre autres la propriété de prévenir des effets des radicaux libres. L’activité antioxydante est plus élevée après la consommation d’extraits de pépins de pamplemousse.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Depuis que l’on a découvert les bienfaits des antioxydants, on voit la vie en rose, pourvu que l’on «mange en couleurs»! Tour d’horizon des aliments qui regorgent d’antioxydants.

Les fruits et les légumes sont les meilleures sources d’antioxydants. Difficile toutefois de dire lequel est le meilleur, puisque leur contenu fluctue selon plusieurs facteurs, dont la variété, les conditions de culture et le moment de la récolte. Qui plus est, les diverses méthodes qui servent à mesurer le potentiel antioxydant ne donnent pas toutes les mêmes résultats. Une chose est sûre, on peut en partie se fier à nos yeux, puisque les fruits et les légumes aux couleurs éclatantes regorgent en général d’antioxydants. Par exemple, la courge musquée, dont la chair est orange vif, en contient davantage que la courgette, à la chair pâlotte. Idem pour les laitues romaine ou frisée, supérieures à la croquante mais blême laitue iceberg.

Pigments et odeurs

Les pigments qui donnent la couleur aux végétaux sont généralement des antioxydants. Le rouge de la fraise, le vert du brocoli, l’orange de la patate douce et le bleu du bleuet recèlent tous des trésors différents. Pour en avoir le plus grand éventail possible, mangez psychédélique! Ce sont aussi des composés phytochimiques qui confèrent le parfum et la saveur aux végétaux. L’odeur caractéristique des oignons et de l’ail, de même que le goût astringent du chou frisé (kale) et du thé vert sont tous porteurs de bienfaits. Ces composés égayent nos sens et contribuent à notre santé quand on les mange, mais ils existent avant tout pour le bénéfice des plantes elles-mêmes, car ils constituent un système de défense contre bactéries, virus et champignons. Ils leur permettent également d’attirer des insectes pollinisateurs et de repousser des prédateurs.

Les aliments antioxydants à mettre dans votre assiette!

Les aliments antioxydants à mettre dans votre assiette!

Fruits et légumes à privilégier

Des centaines d’études scientifiques associent la consommation d’au moins cinq portions de fruits et légumes par jour à une diminution de l’incidence de maladies chroniques. Ils sont tous bons pour la santé, mais certains procurent plus de substances nutritives que d’autres.

Voici une dizaine de fruits et une dizaine de légumes que le chercheur James Joseph et le médecin Daniel A. Nadeau chérissent dans leur programme alimentaire Manger en couleurs:

rouge: fraise, framboise, tomate, poivron rouge, canneberge, grenade, betterave;
jaune-orangé: orange, mangue, pamplemousse, carotte, patate douce, courge d’hiver (courge poivrée, courge musquée, citrouille, etc.);
vert: kiwi, avocat, chou frisé (kale), choux de Bruxelles, brocoli, épinard;
bleu-violet: bleuet (surtout sauvage), mûre, raisin Concord, pruneau, chou mauve, aubergine avec pelure.
La majorité des fruits et légumes renferment plus d’antioxydants lorsqu’ils sont mangés crus ou légèrement cuits, mais il y a des exceptions. La tomate gagne à être cuite, car la chaleur libère le lycopène emprisonné dans ses parois cellulaires et dans ses fibres. Les produits concentrés en tomate, comme la pâte, la sauce et même le ketchup sont d’autant plus riches en ce puissant capteur de radicaux libres.


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

La boisson est parée de toutes les qualités: faire maigrir, protéger contre les maladies cardiovasculaires et le cancer, stimuler l’intellect, ou encore empêcher de vieillir. C’est vrai ou c’est du bidon?

Le Dr Dimitrios Samaras, chef de clinique à l’Unité nutrition des Hôpitaux universitaires de Genève, interrogé sur les vertus réelles ou supposées du thé vert, concentré notoire d’antioxydants, a l’air plein d’enthousiasme… Mais ce breuvage est-il à la hauteur de ce qu’en attendent ses amateurs ?

Boire du thé vert, c’est vraiment bon pour la santé?
Dimitrios Samaras: Oui, ce n’est pas une légende. Le thé vert contient en effet des substances antioxydantes, qu’on appelle catéchines, et particulièrement une qui s’appelle Epigallocatéchine gallate (EGCG). L’EGCG a une activité antioxydante 25 à 100 fois plus importante que celle des vitamines C et E. Des études animales et des études plus limitées sur l’homme ont démontré un effet antioxydant significatif du thé vert. Cet effet semble concerner particulièrement le mauvais cholestérol, qui une fois oxydé, semble être davantage athérogène.

Les vraies vertus du thé vert antioxydant naturel

Les vraies vertus du thé vert antioxydant naturel

Le thé vert peut donc diminuer l’oxydation du mauvais cholestérol et même avoir un léger effet hypocholestérolémiant. En outre, des études sont actuellement en train de clarifier l’effet antioxydant du thé vert pas seulement sur le système cardiovasculaire, mais également en lien avec les maladies neurodégénératives et le cancer, comme par exemple, l’effet préventif sur le cancer de la prostate et un possible effet protecteur contre le développement de métastases dans le cas de plusieurs cancers.

Le thé vert est-il vraiment différent du thé noir?
D.S.: Oui. Comme le thé noir subit une fermentation, les catéchines sont oxydées et polymérisées au cours de cette fermentation, ce qui les rend moins antioxydantes et moins disponibles pour les tissus. Pour cette raison, l’effet antioxydant du thé vert est supérieur à celui du thé noir.

Quelle est la différence fondamentale nutritionnelle entre le thé (vert/noir) et le café?
D.S.: A part le fait que tous les deux viennent des plantes et qu’ils contiennent des substances psychoactives qui s’appellent méthylxanthines (la caféine dans le café et théine dans le thé), ces deux infusions n’ont pas d’autres similarités. Ceci dit, l’effet antioxydant du thé est beaucoup plus marqué que celui du café.

N’est-il pas exagéré de dire que le thé vert prévient le cancer et les maladies cardiovasculaires?
D.S.: Il serait simpliste de dire que seuls une chose ou un type de comportement peuvent prévenir le risque de cancers ou de maladies cardiovasculaires. Le développement de ces maladies est tellement complexe et les paramètres influençant leur survenue sont tellement nombreux qu’il est plus adéquat d’agir sur une combinaison de facteurs modifiables. La prise de thé vert est un de ces facteurs qui doit par contre être associé à tout un «lifestyle» promoteur de santé afin d’avoir du sens. Prendre du thé vert et fumer un paquet de cigarettes par jour n’est par exemple pas adéquat, car le deuxième facteur va annihiler tout gain à tirer du premier.

Quel rôle a vraiment l’antioxydant qu’il contient par rapport aux radicaux libres?
D.S.: Les catéchines, et surtout l’ECGC qui constitue 50%-75% des catéchines du thé vert, préviennent la formation des radicaux libres et peuvent contribuer, en association avec les mécanismes endogènes de défense contre les radicaux libres, à réguler le stress oxydatif dû à des agressions externes (rayons UV, tabac, etc.) ou internes (cancers, diabète, etc.).